La cryptomonnaie

La crypto monnaie est une monnaie numérique qui est utilisable sur un réseau décentralisé, de pair à pair. Par « pair à pair », il faut comprendre (pour faire simple) “d’utilisateur à utilisateur” (dans la mesure où chaque utilisateur/client est aussi un serveur).

Ces monnaies virtuelles, qui n’ont aucun cours légal dans aucun pays, peuvent faire penser à une invention digne d’un roman de science-fiction, à la différence qu’elles font désormais partie de l’économie réelle.

Les Bitcoin (la monnaie numérique la plus connue et la plus utilisée), Ethereum, Ripple, Litecoin et autres sont de plus en plus plébiscitées par les particuliers comme étant des monnaies à part entière (et des sources de spéculation plus ou moins profitables). A titre d’exemple, un « Beercoin » est organisé chaque semaine à Toulouse entre amateurs de cryptomonnaies et l’établissement où se déroule l’événement accepte les paiements en bitcoins (source).

Cet engouement n’est pas passé inaperçu auprès des géants du commerce en ligne. Prestashop, le célèbre CMS pour créer des sites e-commerce, s’est associé à CoinGate pour développer un module permettant à plus de 80 000 sites européens d’accepter les paiements en monnaies virtuelles. Amazon et Ebay ont aussi annoncé réfléchir à accepter certaines crypto-monnaies comme moyen de paiement.

Faut-il franchir le cap du paiement en bitcoins sur votre e-commerce ?

Parmi les partisans du paiement en cryptomonnaies, certains arguments reviennent régulièrement :

  • les transactions sont sûres et irrévocables : un paiement en monnaie virtuelle ne peut pas être annulé (et ce peut importe l’endroit du monde d’où il provient)
  • les clients ont une totale garantie de confidentialité : il n’y a pas de vérifications à effectuer puisque le paiement est garanti. L’absence de données personnelles à renseigner (notamment bancaires) est également de nature à rassurer les consommateurs.
  • c’est un bon moyen de se démarquer de la concurrence en se positionnant comme un pionnier et en touchant une nouvelle cible (les sites acceptant les bitcoins sont encore rares)

Pour autant, cet enthousiasme est à modérer, surtout pour les petits e-commerçants.

D’abord, il faut garder une réalité à l’esprit : peu importe le moyen de paiement, les consommateurs bénéficient des mêmes garanties prévues par le Code du Commerce. Il faut donc être conscient que même si théoriquement un paiement en crypto-monnaie ne peut pas être annulé, le client reste libre de retourner le produit et de demander le remboursement de sa commande !

Ensuite, dans la mesure où les monnaies virtuelles n’ont pas de cours légal, elles sont très fluctuantes. Il peut y avoir de grosses surprises… A titre d’exemple, dans la nuit du 15 au 16 janvier 2018, le bitcoin a soudainement chuté de 23% (source). Le plongeon a continué dans les mois qui ont suivi : alors que le cours de cette cryptomonnaie atteignait les 20 000 dollars début janvier, il avoisinait à peine les 6000 dollars au mois de mars (source).

L’avis de Laurent Brault, dirigeant de MDK Solutions

MDK Solutions

Pour le moment, la crypto-monnaie est essentiellement un phénomène de mode. La plupart du temps, personne n’en parle. Mais il suffit que les monnaies virtuelles soient dans une tendance à la hausse et que les actualités soient calmes pour que les journalistes s’emparent de cette aubaine. Le traitement médiatique est alors disproportionné : une déferlante d’informations va les présenter comme étant les nouvelles monnaies de demain et surtout des supports de plus-values faciles et rapides.

Au-delà de ces moments de fébrilité récurrents, il faut toutefois admettre que les crypto-monnaies vont probablement s’installer durablement dans le paysage économique et financier.

Pour les e-commerçants, il est donc censé de se familiariser avec ce sujet et de préparer sa boutique en ligne à gérer ce type de support. Le problème ne se pose pas vraiment au niveau de la gestion de l’achat : les monnaies virtuelles sont conçues pour simplifier le paiement.

En revanche, il ne faut surtout pas minimiser la complexité de la gestion du stock de crypto-monnaie et le risque de change induit !

Imaginons qu’un client vous achète un produit avec des Bitcoins par exemple. Comment allez-vous traiter les 0,0005 bitcoins que vous aurez récupérés ?

Plusieurs problèmes se posent :

  1. ne pas convertir les Bitcoins avant la fin du délai de rétractation. En effet, dans la mesure où l’acheteur dispose d’un délai de 14 jours pour vous retourner le produit, vous devez être capable de le rembourser le cas échéant. Le paiement ayant eu lieu en Bitcoin, vous allez lui restituer le montant de Bitcoins correspondant, au montant de l’achat, au jour de l’achatDans cette hypothèse vous prenez le risque de perte, en cas de chute du cours du Bitcoins.
  2. convertir immédiatement vos Bitcoins en euros va vous coûter cher car les sites qui proposent des services de conversion prélèvent des frais, dont une partie est fixe, et ce n’est pas toujours rapide (le délai va de 2 à 5 jours)
  3. attendre d’avoir un stock suffisant. Si vous attendez d’avoir un stock de Bitcoins suffisant pour amortir vos frais fixes, vous risquez de perdre de l’argent en cas de chute du cours (dans ce cas, vous perdrez plus que votre marge). Dans l’idéal, il est donc nécessaire de mettre en place une gestion du risque de change comme pour les devises classiques mais cela peut s’avérer très coûteux pour les petits sites.
  4. enfin, la conversion ne se fait pas sans risques : il faut bien prendre le temps de se familiariser avec ce milieu pour identifier les plateformes les plus fiables afin de limiter le risque de se faire « voler » ses Bitcoins.

Pour le site MDK Solutions, qui permet l’achat de l’ensemble de ces produits avec Bitcoins, nous avons décidé de faire un mixte entre « Conversion immédiate » et « stock suffisant ». En effet, nous ne convertissons par les Bitcoins immédiatement pour chaque achat mais nous les cumulons sur plusieurs jours avant de procéder au passage en euros. Cette procédure sous haute surveillance est prévue pour être adaptée en fonction des évènements.

Partager cette page
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin