Les limites des systèmes de stockage dans le Cloud

Si la possibilité de stocker ses données dans le Cloud présente un certain nombre d’avantages, que ce soit pour une entreprise ou un particulier, il n’en demeure pas moins que cette démarche connaît aussi des limites et pose des problèmes de sécurité. Souplesse d’inscription, éparpillement des informations, perte de contrôle de ses données : autant de points susceptibles de freiner l’adoption de systèmes tels que Dropbox ou Google Drive.

limites du stockage dans le cloud

Aussi pratique soit-elle, la sauvegarde des données dans le Cloud est encore aujourd’hui l’objet d’une certaine méfiance de la part des utilisateurs, cela notamment pour des raisons de sécurité.

Une fois stockées dans des systèmes de sauvegarde tels que Dropbox ou Google Drive, parmi les plus utilisés, les informations sont-elles en sécurité, en particulier si le serveur n’est pas situé en France ? Où se trouvent-elles ? Ces données sont-elles utilisées ? Peut-on y accéder facilement d’une façon ou d’une autre ? Autrement dit, le piratage est-il facile à mettre en œuvre ? Quant aux données que l’on supprime, sont-elles réellement supprimées ?

Autant de questions auxquelles les utilisateurs sont désireux d’obtenir des réponses claires, afin de savoir s’ils peuvent ou non avoir confiance en ce système de stockage de leurs données.

La transparence au service de la sécurité

Ce qui ressort à l’heure actuelle, c’est donc que les Français demeurent frileux concernant le recours à ces systèmes de stockage de données dans le Cloud. Et ce qui est certain, c’est qu’il convient de prendre certaines précautions avant de stocker ses données sur ces serveurs, qu’il s’agisse de documents, de photos, vidéos, ou encore de données confidentielles…

Ainsi, le choix du serveur est essentiel et doit obéir à certaines règles, à commencer par les règles de sécurité en vigueur dans la structure concernée. A titre d’information, les Clouds publics et hybrides utilisent plutôt une mutualisation des données. Pour ce qui est d’un Cloud privé, le serveur est dédié à l’usager, ce qui offre un cloisonnement efficace des données.

D’autre part, il est important de savoir exactement où est localisé le centre de données, afin de savoir où sont situées géographiquement les données et ainsi connaître la législation qui les régit.

Outre ces paramètres de localisation et d’isolation des données stockées, une autre question que se posent généralement les entreprises et les particuliers concerne le contrôle des informations. La peur de perdre tout contrôle et tout pouvoir sur ses propres informations peut en effet constituer un frein non négligeable. D’où l’importance de prévoir une clause de réversibilité, permettant à l’utilisateur de récupérer l’intégralité de ses données dans le cas où le contrat serait interrompu.

Enfin, la disponibilité des données stockées suscite également un questionnement de la part des utilisateurs potentiels du Cloud, lesquels veulent disposer d’une garantie leur assurant qu’ils pourront retrouver leurs informations en cas de problèmes techniques.

Le chiffrement des données, la clé de la sécurisation

C’est le degré de sécurisation des données qui contribue à renforcer la confiance des utilisateurs envers les hébergeurs. À ce titre, le chiffrement est un processus incontournable dans la mesure où il permet de protéger les informations en les rendant inaccessibles. Bien sûr, les firewall et autres outils destinés à assurer la sécurisation des données jouent également un rôle important.

Confidentialité, disponibilité, contrôle, intégrité des informations sont ainsi autant de critères recherchés par les Français pour stocker leurs données. Exigences auxquelles nous répondons chez MDK Solutions, avec notre solution de chiffrement totalement sécurisé, la KryptKey.

Partager cette page
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin