Métier de la cybersécurité : Secteur d’avenir ?

En France, selon l’INSEE, 20,8% des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage (source) soit plus d’un jeune sur cinq. Avoir réussi le baccalauréat, un CAP ou un BEP, est d’ailleurs loin d’être suffisant pour décrocher un emploi : 1 à 4 ans après être sorti de cette formation initiale, ils sont encore 22,6% à pointer au chômage (source). Plus surprenant, 9,4% des titulaires d’un Bac+2 ou plus sont dans la même situation.

Pourtant, ce constat est loin d’être une fatalité. La quatrième révolution industrielle, celle du numérique, offre une belle carte à jouer à la France. L’Etat, mais aussi les organismes privés et les entreprises, ont tout intérêt à développer des formations qualifiantes dans un secteur porteur : le métier de la cybersécurité.

D’ailleurs, il n’y a pas UN mais DES métiers passionnants à découvrir ! Ouverts à tous, et constituants de vrais passeports pour l’emploi.

métier cybersécurité

Une grande diversité de métiers dans la sécurité informatique

Intelligence artificielle, blockchain, arrivée de la 5G… Toutes les nouvelles technologies émergentes aujourd’hui vont représenter des enjeux de cybersécurité considérables demain. En parallèle, la législation est devenue plus contraignante quant à la protection des informations personnelles (notamment via l’adoption du RGPD).

Les besoins de profils compétents en matière de sécurité informatique vont donc aller en augmentant.  De formidables opportunités de carrière attendent les talents (salariés ou indépendants) qui vont se lancer dans ce secteur.

Thierry Stein, Directeur conseil Île-de-France chez Orange Cyberdefense, a ainsi déclaré que, suite à l’expansion de la dématérialisation des services, la cybersécurité va s’imposer comme la préoccupation majeure de toutes les entreprises (en savoir plus).

Voici un petit aperçu des principaux métiers de la cybersécurité :

  • Hacker éthique (aucun diplôme requis mais il existe désormais des formations) : un nouveau métier IT que vous avez pu découvrir via ce billet, qui « traque et identifie toutes les failles de sécurité… sans se livrer à des activités criminelles ».
  • Directeur des systèmes d’information (à partir de bac + 5) : ce professionnel de la sécurité des données s’occupe de l’organisation de la sécurité et de la gestion des risques.
  • Veilleur-analyste  (Bac +2 à bac +3) : il doit assumer le support et la gestion de tous les incidents de sécurité.
  • Développeur sécurité (Bac +2 à bac +3), Chef de projet ou Architecte de sécurité (Bac +3 à +5) : ils sont en charge du management de projet.
  • Administrateur sécurité et technicien sécurité (Bac +2 à bac +3) : leur job est de s’assurer de la totale sécurité du système et du réseau.
  • Auditeurs, Consultants, Cryptologues (le spécialiste du chiffrement), Formateurs en sécurité (Bac +4 à Bac +8) : comme leur nom l’indique, ils interviennent pour réaliser des missions autour du conseil, de l’audit et de l’expertise.

La garantie de l’emploi dans la cybersécurité

Nous en avons déjà parlé sur ce blog : il y a un manque de compétences dans le secteur de la protection des informations personnelles et sensibles. Les entreprises ne parviennent plus à recruter, faute de candidat(e)s disponibles (voir les chiffres-clés).  Pourtant, près de 8 sur 10 ont eu à subir au moins une cyberattaque en 2018…

Se former à la sécurité des données est donc un puissant accélérateur de réussite professionnelle.  Il s’agit du métier IT par excellence, celui qui offre un emploi d’avenir.

Les experts en sécurité informatique commencent à en avoir conscience. La demande de formation explose, notamment lorsqu’il existe des contenus accessibles en micro-learning.

L’éditeur Skillsoft a réalisé en septembre dernier une étude portant sur plus de 25 millions d’heures de formations dispensées via sa plateforme.  Entre février 2018 et janvier 2019, 12 millions de professionnels ont ainsi privilégié toutes les formations en lien avec la cybersécurité. Les deux tiers des cursus suivis ont été consacrés au réseau et à l’administration systèmes, à la sécurité informatique et la programmation. Venaient ensuite l’analyse et le traitement des données, le Cloud et l’approche DevOps.

Cette enquête met aussi en lumière l’appétence des professionnels de la sécurité informatique pour les certifications. Elles sont en effet très valorisantes lorsqu’elles sont ajoutées sur un CV !

Les formations dans les métiers de la cybersécurité

Dans le domaine de la cybersécurité, les formations CompTIA sont les plus demandées. Elles constituent près de 56% des formations de sécurité effectuées durant la période étudiée par Skillsoft.

Ces formations permettent d’obtenir des certifications très recherchées en analyse de la sécurité informatique (Security+ ou CyS+) ou en tests d’intrusion (PenTest+).

A titre d’exemple, la formation Secuity+, plutôt généraliste, permet d’apprendre comment :

  • détecter les menaces et les vulnérabilités,
  • mettre en place des technologies et des outils performants,
  • construire une architecture sécurisée,
  • définir et à hiérarchiser les accès aux informations,
  • connaître les meilleurs pratiques de gestion des risques,
  • et à développer le chiffrement/la cryptographie au sein de l’organisation.
Partager cette page
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin